Thomm Courmanteau, Prêtre de Waukyne

Postez ici vos BG et Journaux de PJs si vous voulez qu'ils soient publics, sinon envoyez à un membre du Staff par MP
Répondre
Arwy
Messages : 4
Enregistré le : mar. juil. 31, 2018 9:15 pm

Thomm Courmanteau, Prêtre de Waukyne

Message par Arwy » sam. août 18, 2018 5:09 pm

Nom du compte du joueur: Arwy
Nom du personnage: Thomm Courmanteau

Race : Halfelin
Sexe : Mâle
Âge lors de son arrivée IG : La grosse vingtaine
Taille : Normale pour sa taille
Poids : Normal pour son poids
Pilosité : Roux partout
Yeux : Oui, 2
Divinité : Waukyne

Build envisagé: Roub 2 / Prêtre 6 puis 5/11

Description physique: Petit être avenant, souriant, et joyeux. Une large pilosité entoure son visage entre d'un coté des cheveux hirsutes et de l'autre une barbe une moustache fournie qui donne naissance à des nattes à la mode naine. Cette voyante chevelure rouge et ce faciès joyeux surplombe un corps richement vétu. Des bouton d'or toujours bien lustré brillent de milles feux comme des paillettes. La soie et le velours de son manteaux de voyage sont rouges, blancs et noirs dans un déluge de couleurs contrastés. Ce petit être ne cherche certes pas à passer inaperçu.

En plein milieu de son torse pend un pendentif rond, doré, représentant le visage de profil d'une femme au cheveux tirés vers l'arrière.

Image


Traits de personnalité:

Une bonne humeur difficile à faire tomber. Thomm Courmanteau a le contact facile.
Il montre une grande tolérance et ne juge aucun comportement.


Histoire:

C'est à Eauprofonde que tout à commencé pour cet halfelin qui entamait tranquillement une saine carrière de malfrat et de tire-laine. Il venait de parvenir à mettre assez de coté pour, en plus de son réseau criminel, se lancer dans une entreprise de recel. Cela faisait deux ans qu'il préparait sa nouvelle activité. L'argent allait et venait et glissait entre ses doigts bientôt assez.
Il avait du voyager longtemps pour enfin en arriver à ce que personne n'était capable de le reconnaitre et le dénoncer aux autorités locales. Là, il le sentait, sa vie allait enfin changer, et il allait gagner une certaine honorabilité au sein de la profession. Il envisageait même d'ouvrir une échoppe de préteur sur gage pour parfaire son image et avoir pignon sur rue.
Le destin en décida autrement.

Quand il fuit la ville pour le sud, il n'eut le temps d'emporter avec lui qu'un sac rempli de babioles que le matin même un gars louche lui avait laissé pour une bouchée de pain. Il s'agissait d'un gros pendentif doré montrant la moitié du visage d'une belle femme, cheveux dans le vent. Une sorte de relique ancienne qui cacherait un pouvoir magique oublié ... C'est du moins avec ces mots qu'il comptait vendre l'objet au premier naif venu. Il n'aurait jamais imaginé que ce fut vrai.
Avec deux petites lames courbes et une robe en toile de jute qu'il devait partir. Les forces Tyrites était déjà en train de fouiller sa maison et interroger le voisinage. A peine le temps pour lui de fuir, et suffisant pour lui passer l'envie de revenir. Après tout, ce n'était pas sa première fois.

C'est quelques semaines plus tard, alors qu'il avait trouvé refuge au sein du caravane marchande qu'il apprit qu'il avait en main un symbole de Waukyne, déesse du commerce. Et c'est après avoir remercié, presque par habitude, Tymora pour ce présent, qu'il enfila alors le pendentif autour du coup, et endossa le rôle fictif d'un prêtre en quête de voyage, prompt à bénir les caravanes et répandre autour de lui la bonne parole. Il avait assez vu faire d'autres cureton de divers ordres pour créer ce personnage, et il en connaissait assez sur les rouages complexes du commerce, quoique surtout illégal, pour parfaire l'illusion d'un protecteur des marchands et des honnêtes caravaniers. Au moins les moins honnêtes trouvaient en lui une vraie oreille, le baratin faisait le reste.

Mais une nuit, tout allait basculer.
Les aboiement des gnolls le réveillèrent, les cris d'agonie des caravaniers autour de lui mirent ses sens en alerte, la demi pénombre l'entourant lui fit prendre une décision à laquelle il n'était pas préparé : Il pria de toutes ses forces, de tout son être.
Sa prière n'était pas comme les précédentes. Il ne s'agissait pas là de faire bonne figure. Il ne parlait à personne autour de lui ni n'essayait d'entourlouper personne. Il parlait à lui même, il parlait au monde, à son passé qu'il aurait voulu oublier, à un futur qui semblait le fuir, à ce pendentif qui s'était mis à luir et qu'il avait pris en main, comme par reflexe, parce qu'il était chaud au toucher, et qu'il ne savait plus à quel saint se vouer.
Il entendit la voix lui demandant s'il voulait vivre, il répondit par l'affirmative, une larme au coin de l'oeil.

Ce qui arriva ce jour là se reproduisit depuis, de plus en plus souvent, de manière de plus en plus consciente. Il ne serait plus seul.

Waukyne avait répondu. Il avait senti cette énergie affluer de nulle part, prendre contrôle un instant de son corps pour se répandre en lui, autour de lui. La pénombre avait laissé place à une formidable lumière qui courrait tels de multiples serpents progressant dans tous les sens, s'évanouissant dans les corps des combattants pour leur transmettre la force de se battre avec assez de fougue pour briser l'attaque. Les gnolls, cette nuit là, repartir en courrant, pris au dépourvu. Car bien qu'en supériorité numérique, quand des effets lumineux de cette nature illuminaient un champ de bataille, le risque était trop grand pour des êtres trop craintifs pour risquer quoi que ce soit.

Depuis lors, il n'est plus le petit roublard des bas quartier. Plus seulement.
Il est Thomm Courmanteau, servant de Waukyne. Mais sa mission reste la même : La richesse doit continuer à circuler !

Ainsi il parcoure le monde, propose son concours aux commerçants et receleurs, béni les échoppes comme les mafias, fouille les tombes anciennes et dépense sans compter tout ce qu'il a.
Jusqu'à ce jour où il entre dans une auberge au nom peu commun : L'épice.

Répondre